Recherche

Cocaïnolivre.

Des rails de livres, des trains de mots et parfois même, des séries d'images.

J’ai écrit un livre.

Si tu es ici, c’est que l’intrigue s’est emparée de ton anatomie à la lecture du titre. Eh bien, tu en auras pour ton argent, jeune intrépide !

J’aime le suspense mais ce que j’aime encore plus, c’est d’infliger des ascenseurs émotionnels aux autres. Oui, c’est cruel mais pas encore illégal.

Je n’ai aucun livre papier à te proposer. Pas l’ombre d’une œuvre grandiose à la couverture cartonnée qui attire l’œil dans une librairie britannique. J’aurais sincèrement voulu, de tout mon cœur de sensitive unicorn. Je n’enterre pas ce rêve, néanmoins.

Le fait est que j’avais un plan. Lire la suite

Publicités

Lecture de Mars : Et si je m’organisais ?

Après un mois de février aux allures d’Auschwitz côté rythme où j’ai eu du mal à maintenir le cap niveau lecture, j’ai décidé de m’organiser pour ce mois de mars. Au programme : des lectures à boucler, d’autres à découvrir et une à relire. Lire la suite

Frantz Fanon, cet amour de jeunesse.

Lecteur, je me dois de t’aviser de certains faits. Ce billet sera plus long que les autres car on ne conte pas un amour de jeunesse en la brièveté d’un clignement d’œil. J’espère que tu es aussi prêt(e) que moi.

Fanon a une classe indiscutable. C’est un intellectuel beau gosse du faciès comme des neurones (Bon, j’avoue, les neurones de qualité ont tendance à me faire aimer la carapace). Il arrive à manier l’alchimie rare de toucher le cœur et l’esprit. Et même chez ceux qui préfèrent la masturbation intellectuelle aux battements du cœur, il fraie un chemin du nord au sud.

Ses références sont aussi judicieuses que pertinentes. Psychiatre de métier, essayiste par passion, son dada reste l’analyse multi factorielle des relations entre colon et colonisé, que la colonie soit d’ordre intrapsychique ou territoriale. À mes yeux et au regard dudit dada, il incarne un ethnopsy de talent. Lire la suite

Lady Susan : Un avant-goût du monde Austénien pour deux euros.

#.

Si vous appréciez les subtilités des relations humaines et que vous ne connaissez pas l’édifiante Jane Austen, considérez, sans perdre un atome de temps, que votre vie est défaillante en bien des points (comment ça, j’en fais trop ?).

Le bruit court qu’il faut être fin romantique pour apprécier les œuvres de cette dame anglaise. Quelle piètre vision de ces joyaux de psychologie ! L’amour fait certes partie de chaque roman, tout comme il fait partie de la vie. Ce qui est savamment mis en scène, ce sont les délicates tergiversations que peuvent générer les rencontres de la bonne -et moins prestigieuse- société anglaise. Lire la suite

Sherlock is nearly back…

#.

Après un an d’absence pour préparation de la saison 4, Sherlock, cette série culte à mon sens, nous revient. Autant le dire sans détour : JE SUIS J-O-I-E.

Et pas la petite joie de comptoir après une barre de chocolat lait/noisettes, NON ! Pas d’amateurisme ici ! La vraie joie, en HD, car on sait qu’on va à nouveau être témoin d’une série d’enquêtes transcendantalement menées, filmées, montées, de dialogues grandioses, de sarcasme de haut vol et tout ça, avec l’accent british inégalable. Lire la suite

Algérie : « La question » d’Henri Alleg.

#.

Étant descendante d’Algériens, j’épluche les sujets liés à ce statut depuis très jeune. Comprendre les mécanismes de la colonisation française en Algérie et de la colonisation de manière plus générale, ses conséquences réelles, la façon dont cette relation est encore d’actualité, la manière dont cette histoire marque le corps et l’esprit sont autant de thématiques qui me fascinent.

« La question » d’Henri Alleg est un témoignage très court sur les techniques de torture appliquées aux captifs par les soldats français et le vécu de l’auteur. La particularité de ce bouquin est qu’Alleg est un français, lui aussi. Au seul détail près qu’il a rejoint le camp de la résistance et non de ceux à qui la résistance était destinée. Lire la suite

Layering, secret de beauté des Japonaises : 2 ans après.

#. 

J’aime tout ce qui a trait à l’Asie. Plus précisément, ce qui concerne le Japon et la Corée (du sud ou du nord, je ne suis pas sélective dans mon amour).

Quiconque s’y intéresse se rendra compte des nombreux bienfaits des coutumes, pratiques et comportements de nos amis bridés. Il y a bien sur bien des côtés dark à la force de l’origami. Mais dans l’ensemble et à mon sens, c’est plutôt inspirant.

Ne nous épanchons pas en délectations affectives. Le livre dont il sera question aujourd’hui décrit la technique du layering. Cette dernière nous vient du Japon et consiste à « superposer les couches de soin ». Je t’arrête tout de suite, ton faciès ne se transformera pas en gratin Nivea, il recevra plutôt ce qu’il lui faut pour s’épanouir sans heurts. Lire la suite

Comment je suis devenu stupide.

#.

Processed with Moldiv

Premier livre de Martin Page qui croisa ma route. Première énorme intrigue de cette écriture qui fait écho en moi. Libre, caustique et irréelle à la fois. « Comment je suis devenu stupide » relate les pérégrinations d’Antoine, un jeune homme intelligent qui vit ce trop célèbre cadeau comme un fardeau. Lire la suite

J’ai été voir Suffragette.

#.

NB : Spoiler inside.

J’attendais sa sortie depuis quelques semaines. Ensuite, j’ai attendu l’occasion de le voir. Vu l’émotion liée au visionnage du trailer, j’ai préféré y aller seule, à un moment où cela s’y prêtait. La salle était très peu peuplée, ce qui m’a fait d’autant plus plaisir. (ben quoi ?)

Pour une concentration optimale, je n’aurais cependant pas du prendre de nachos mais je m’en suis très vite remise.

Je l’ai évidemment vu en anglais car je ne comprendrais jamais le respect dont peut bénéficier un individu quand il découvre un film british (ou américain, soyons cléments) en doublage français. Faites-vous un cadeau : préférez la VOSTFR way of life à la VF. Vous ne sauverez pas d’arbres mais vous améliorerez votre anglais tout en kiffant pleinement l’expérience.

Suffragette relate l’histoire des premiers mouvements de révolte féminine au Royaume-Uni. Ce n’est pas un film qui concurrence en innombrables scènes d’action insoutenable ce qui se trouve déjà sur le marché. C’est, à mon sens et les sens sont pluriels, un petit chef d’œuvre de puissante symbolique. Si le cœur et l’esprit sont attentifs, ils peuvent percevoir toutes les perles qu’il contient. Lire la suite

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑