#.

Si vous appréciez les subtilités des relations humaines et que vous ne connaissez pas l’édifiante Jane Austen, considérez, sans perdre un atome de temps, que votre vie est défaillante en bien des points (comment ça, j’en fais trop ?).

Le bruit court qu’il faut être fin romantique pour apprécier les œuvres de cette dame anglaise. Quelle piètre vision de ces joyaux de psychologie ! L’amour fait certes partie de chaque roman, tout comme il fait partie de la vie. Ce qui est savamment mis en scène, ce sont les délicates tergiversations que peuvent générer les rencontres de la bonne -et moins prestigieuse- société anglaise.

Jane Austen est sans conteste une tisserande des liens humains. Dans ses récits aux allures de briques, nous sommes spectateurs de l’union ou de la désunion de chaque fil avec son autre. J’ai toujours la nostalgie d’une époque que je n’ai même pas connue en présence quand je referme un de ses livres. Et une envie irrépressible de correspondre en remettant mes lettres à mon valet invisible tout en vouvoyant mes proches.

Dans Lady Susan, ce n’est on ne peut plus vrai. En l’espace d’une centaine de pages, nous suivons les manipulations habiles d’une Lady qui maîtrise à l’excès l’art de l’enfumage.

Par ses poings américains vicieux dans ses gants de broderie, elle assujettit les cœurs et dévie les hommes, célibataires ou mariés. Ne vous méprenez pas, ce n’est pas une croqueuse de diamants. Ce qu’elle poursuit, c’est la délectable sensation d’être au cœur des préoccupations. De n’être vue qu’en éloges et qualités, qu’importe ses vils desseins. Et même lorsqu’on a la sensation que la réalité a raison d’elle, Lady Susan arrive à faire virevolter les mots pour n’être qu’à son avantage.

Après la mort de son époux et indésirée à Londres, elle part pour Churchill, chez son beau-frère. Elle a une fille placée en pension, Frederica, qu’elle mésestime comme jamais. Je n’en dévoile pas plus, vu la brièveté du roman.

En quelques heures et pour seulement deux euros, il vous sera possible de faire une rapide mais prometteuse visite du monde Austénien.

Lady Saadia.

Publicités