#.

Processed with Moldiv

Premier livre de Martin Page qui croisa ma route. Première énorme intrigue de cette écriture qui fait écho en moi. Libre, caustique et irréelle à la fois. « Comment je suis devenu stupide » relate les pérégrinations d’Antoine, un jeune homme intelligent qui vit ce trop célèbre cadeau comme un fardeau.

« … Je pense qu’être intelligent est pire que d’être bête, parce que quelqu’un de bête ne s’en rend pas compte, tandis que quelqu’un d’intelligent, même humble et modeste, le sait forcément.

(…)

Il avait toujours semblé à Antoine avoir l’âge des chiens. Quand il avait sept ans, il se sentait usé comme un homme de quarante-neuf ans; à onze, il avait les désillusions d’un vieillard de soixante-dix-sept ans. Aujourd’hui, à vingt-cinq ans, espérant une vie un peu douce, Antoine avait pris la résolution de couvrir son cerveau du suaire de la stupidité. Il n’avait que trop souvent constaté que l’intelligence est le mot qui désigne des sottises bien construites et joliment prononcées, qu’elle est si dévoyée que l’on a souvent plus avantage à être bête qu’intellectuel assermenté. L’intelligence rend malheureux, solitaire, pauvre, quand le déguisement de l’intelligence offre une immortalité de papier journal et l’admiration de ceux qui croient ce qu’ils lisent. »

Souffrant de sa lucidité, de son savoir, de ses envies intelligentes, il décide de mettre fin à ses jours. Je ne vous dévoile pas les voies que le héros va emprunter pour finalement décider de devenir stupide.

« C’est ce que je veux ! martela Antoine en frappant le comptoir de son petit poing. Je n’ai plus la force d’être moi, plus le courage, plus l’envie d’avoir quelque chose comme une personnalité. Une personnalité c’est un luxe qui me coûte trop cher. Je veux être un spectre banal. J’en ai assez de ma liberté de pensée, de toutes mes connaissances, de ma satanée conscience ! »

« Comment je suis devenu stupide » est un livre léger et pertinent à la fois, parfait pour une soirée lecture accompagnée d’un thé.

Et je ne m’épancherais pas plus, à vous les studios.

Infos :
124 pages. 4,50€.

 

Publicités